LE GUEULOIR #1

Collectif d’auteurs transfrontalier
Literature Theatre
THU 09.02.2017 / 20:00 / DOORS 19:30
Entrée: libre

Le Gueuloir

LE GUEULOIR, collectif d’auteurs transfrontalier, est un espace de rencontre, de débat et d’échange pour les auteurs dramatiques francophones de la Grande Région. 

Il initie des rendez-vous où les auteurs «gueulent» leurs textes et partagent sans langue de bois leurs avis et remarques. Il propose également des manifestations permettant aux textes des auteurs d’être lus au public, notamment à l’espace Bernard-Marie Koltès / Théâtre du Saulcy de Metz ainsi qu’au Centre culturel Kulturfabrik d’Esch-sur-Alzette au Luxembourg.

Il réfléchit aux problématiques et aux possibilités de l’édition ainsi qu’au statut des auteurs à l’échelle transfrontalière. Il crée les conditions d’une bibliothèque commune et d’un recensement des textes tout en aidant les auteurs primo-écrivant.
Dans la poursuite de sa mission, le collectif se propose de coopérer avec les institutions privées ou publiques, locales et nationales, régionales interrégionales et transfrontalières dédiées à des objectifs similaires. Par ailleurs, il fonctionne en réseau avec des structures analogues hors de la Grande Région et à l’étranger.

Le Gueuloir est parrainé par Alain Billon, directeur artistique du Théâtre du Saulcy, espace Bernard-Marie Koltès,
scène conventionnée pour les écritures contemporaines.

La soirée

La Kulturfabrik accueille jeudi 9 février 2017 à 20h deux lectures du Gueuloir : Histoire(s) de Nathalie Ronvaux et L’âge des sales de Olivier Piechaczyk et Denis Jarosinski. Une occasion en or pour découvrir les auteurs du territoire.

Histoire(s) de Nathalie Ronvaux
1 femme et 2 hommes
À tour de rôle, les personnages témoignent d’une agression sexuelle. Les hantises du passé se confrontent ici aux réalités du présent."

Avec Hervé Lang, Valérie Bodson et Joël Delsaut
--------------------------------------------

L’âge des sales de Olivier Piechaczyk et Denis Jarosinski

Mettez deux fauves dans une cage exigüe : ils ne tarderont pas à s’écharper. Remplacez les par des hommes : chacun élaborera une stratégie pour d’abord évaluer la situation, puis la faire évoluer en sa faveur. Cela prendra d’autres circonvolutions, mais les coups assénés seront aussi cruels que ceux des fauves.
On pourrait penser à un « dîner de con » inversé. Où le con est loin d’en être un. Où l’invité n’est surtout pas convié, mais retenu contre son gré. Où le repas s’éternise. Où il n’est même plus question de repas, d’ailleurs. Car il y a des repas qu’il vaut mieux sauter. Ou faire sauter…

Avec Christian Magnani et Hervé Sogne