• © Kumiyo
  • © Sam Flammang
  • © Sam Flammang

SERGE TONNAR & LEGOTRIP

CD Release - Bommeleeër Buddha
Music / Rock Folk
SAT 01.04.2017 / 21:00 / DOORS 20:30
In collaboration with: MASKéNADA
Presale: 15 € (+frais de prévente)
Box office: 20 €

Le "Bommeleeër" (poseur de bombes) et le bouddha sont bien loin l'un de l'autre et pourtant il y a un peu des deux en chacun de nous. Bommeleeër Buddha, le nouvel album de Serge Tonnar & Legotrip composé de 18 titres, parle du rôle de l'homme, de l'artiste - tiraillé entre le "Bommeleeër", citoyen activement impliqué et engagé dans la société, et le bouddha, philosophe qui jette un regard légèrement ironique sur cette même société. Les deux sont, plus que jamais indispensables, pour traverser la vie, même si "nous ne traversons pas la vie, c'est la vie qui nous traverse" (extrait de VerLoscht – morceau du nouvel album).
Ici, le Bommeleeër n'est évidemment pas le terroriste, mais bien l'artiste qui, avec ses bombes hautes en couleurs et faites de mots et de notes, participe à l'évolution de la société, dans l’effort de la rendre meilleure. Et, il trouve dans le bouddha la distance nécessaire pour voir plus loin que son propre ego, son Lego et son trip.

Au début de cette aventure - fin 2015, le groupe travaille sur de nouvelles chansons et a du mal à trouver un style unitaire. Les influences sont en effet nombreuses et vont du folk au hiphop, en passant par le blues, le gospel, le reggae, la salsa ou le tango. C'est finalement grâce à des arrangements hors du commun, au son du marimba de Boris Dinev et aux voix du choeur mixte d'Eric Falchero, que Serge Tonnar & Legotrip réussissent à trouver l’harmonie recherchée.  Même de nouvelles versions de trois chansons que Serge avait sorties en solo, collent ainsi avec le reste de l’œuvre.

Avec beaucoup d'humour, l’illustratrice japonaise Kumiyo, qui a grandi elle-même dans un contexte bouddhiste, a dessiné la couverture de l'album. La bombe est un œuf de Pâques, comme dans la chanson "Ech sinn de Bommeleeër" et on devine une certaine ressemblance entre le bouddha et l'auteur de l'œuvre. En position vitarka mudrā qui symbolise l’enseignement et l’argumentation, le bouddha relève ainsi la main droite au niveau de l'épaule et le pouce forme avec l'index un cercle. Signe qu’il n’y a ni début ni fin.

LEGOTRIP
Rom Christnach: basse, chant
Eric Falchero: claviers, chant
Misch Feinen: batterie, chant
Serge Tonnar: guitares, chant

MARIMBA
Boris Dinev

PERKUSSIOUN
Carole Weber

BOMMELEEËR CHOEUR
soprano: Catherine Sauer, Gaby Wolter-Boever, Karin Muller
alto: Astrid Majerus, Myriam Weisgerber, Carine Weicherding
ténor: Raymond Majerus, Arend Herold
basse: Carlo Entringer, Manfred Logelin, Jean-Paul Majerus